Le vêtement à la mode écolo

L’écologie inspire les créateurs de vêtements. Parfois, il n’hésite pas à imaginer le pire.

Le florigorge est un soutien-gorge dont les bonnets sont des pots de fleur. On y met de la terre et y faire pousser des plantes.
Grâce à un système de capteur, les fleurs bénéficient tant de chaleur que de l’humidité du corps.
Si le florigorge se porte en priorité sur les plages, certains sont équipés de protections qui permettent de les porter sous des vêtements. Dans ce cas, les porteuses choisissent des fleurs  ou des légumes qui s’épanouissent dans le noir comme par exemple des endives.
Et ca existe
Les florigorges ont été pensés au Japon par Triumph International. Il est vendu en kit plantation avec un short dont la ceinture sert de tuyau d’arrosage et un  sachet de semis.

Et si nos vêtements purifiaient l’air autour de nous !

[su_vimeo url= »http://vimeo.com/24560187
 » width= »1020″ height= »600″]

C’est l’ambition d’un projet  de la conceptrice Helen Storey et du chimiste Tony Ryan.  La robe est imprégnée d’un catalyseur qui utilise la lumière pour transformer la pollution atmosphérique en produits chimiques inoffensifs.

Les vêtements s'affichent

Quand les vêtements deviennent des nouveaux supports d’affichage.

Il y a 80 ans, René Lacoste inventa le Polo et l’appela L.12.12. Lacoste et ses clients imaginent le polo du futur sur : http://www.lacoste-future.com/fr/

 

Publi’frusques

Image13

Blu Jacket de Lunar Design propose de vous transformer en panneaux publicitaires.
La veste permet aussi de communiquer son humeur du moment, faire apparaître des cartes, afficher des photos, des vidéos…
Demain, certains pourront être payés pour se promener avec leur propagande affichée sur leurs vêtements.

TshirtOS

Ce tshirt, directement connecté au smartphone permet d’afficher sur la façade dédiée, des messages ou des photos de son choix. Le tshirt est doté d’un écran LCD, d’une caméra, d’un microphone et d’un accéléromètre.

Philips a créé des t-shirts animés personnalisables. Une petite matrice de 14 pixels par 14, couvrant environ 20cm carré, affiche ainsi un motif. Connecté en USB à un logiciel de création, le dispositif gère même de véritables « playlists », dont l’autonomie ne dépassera hélas pas 4 heures.


 

Comment permettre aux filles d’apprendre la programmation simplement ? En utilisant les textiles électroniques répond Leah Buechley qui s’est mise à la mode sur circuits imprimés, lui permettant de combiner artisanat et informatique.
Leah a développé des kits (baptisés LiLypad, comprenant des capteurs à coudre ou à thermocoller, du fil conducteur, des accéléromètres, des LED, etc.), commercialisés par Sparkfun, qui permettent de coudre de l’électronique dans les vêtements, afin que chacun conçoive ses propres technologies pour répondre à ses propres besoins. Elle a ainsi conçu une veste avec des flèches lumineuses dans le dos, lui permettant d’indiquer la direction qu’elle compte prendre quand elle fait du vélo, des bonnets lumineux ou des tee-shirts qui changent de couleurs selon la vitesse à laquelle vous bougez.