Dix métiers de la ville de demain

Dix métiers de la ville de demain

Avant la parution  du guide du futur LES LUEURS DES POSSIBLES sur la ville du futur, découvrez dix métiers de la ville de demain

1. Déconnecteur

Promoteur d’espaces de déconnexion.

Dans la ville connectée, la déconnexion du réseau est une nécessité. Elle permet de prendre le temps de réfléchir, d’imaginer, de sortir du cadre pour mieux inventer.

Dans l’espace public, le déconnecteur installe et matérialise ces espaces par des panneaux ou des bulles. Il forme aussi les citadins à pratiquer la déconnexion quotidienne.

Plus : Les déconnecteurs font souvent partie de l’ACOL (association contre l’observation légalisée) créé en 2014 par Philippe Gargov pour lutter contre la surveillance institutionnelle dans les espaces publics.

Little Investor

2. Dépolinfoteur

Professionnel de la dépollution virtuelle.

Dans les villes, des couches d’informations virtuelles sont ajoutées. Textes, images, sons apparaissent sur des lunettes ou des écrans. Les sources se multipliant, les citadins sont victimes de pollution virtuelle. Le dépolinfoteur organise cette information et limite sa diffusion.

Plus : Le dépolinfoteur travaille de concert avec l’objetbilleur qui gère le bavardage des millions d’objets connectés ans la ville.

3. Distripaciteur

Concepteur de services basés sur l’identification les ressources publiques et privés disponibles.

Les ressources disponibles sont par exemple des espaces (locaux non occupés une partie de la journée, parkings, potagers…), des objets (voitures de particuliers ou d’entreprises, outillage, machines à laver…). Des applications permettent de les mettre en partage.

Plus  : Distripaciteur vient de distripacité, mot signifiant la redistribution des capacités disponibles.

4. Droneur

Contrôleur de l’aérien urbain spécialisé dans la surveillance des drones.

Les drones ont envahi l’espace aérien. Ils livrent des pizzas, vêtements ou médicaments. Quand ils arrivent, un battant de fenêtre s’ouvre pour les laisser passer. Ils surveillent les incendies, les accidents ou les allées et venues à Matignon. Ils transmettent les matchs de foot ou les concerts…

Le droneur vérifie que ces engins respectent les règles de sécurité nécessaire pour éviter les accidents.

Plus : D’autres professionnels travaillent avec les drones. Les dronalistes sont des journalistes spécialisés dans les reportages avec drones. Les dronadaires programment les livraisons.

5. Fablabeur

Animateur d’espaces publiques de fabrication d’objets

Un Fablab est composé d’une imprimante 3D et de différentes autres machines. Il permet de fabriquer à la demande des objets des habitants. Dans un Fablab, on peut fabriquer un petit objet plastique comme une étagère en bois recyclé.

Le Fablabeur gère cet espace de fabrication. Outre entretenir les machines, il aide les usagers à adapter des plans et à choisir les matériaux.

Plus : On trouve aussi des fablivreurs qui fabriquent des livres à la demande. Le fablivreur remplace le libraire. Comme lui, il conseille le client, mais, à sa différence, il ne gère pas des stocks qui pour beaucoup partiront au pilon.

6. Foulenceur

Spécialiste de la finance participative publique

Le principe de la finance participative ou crowdfunding est de faire appel aux foules pour financer un projet. Le foulanceur repère les projets qui relèvent de l’intérêt général et améliorent le bien commun. Il propose à des services publics de compléter le financement de ces projets amorcé par les particuliers.

Plus : Il existe aussi des foulanceurs privés qui incitent les entreprises à investir dans un projet.

7. Marchopulseur

Spécialiste du développement de la marche dans la ville.

Circuits piétons, tube aérien traversant la ville… Le marchopulseur organise les espaces réservés aux marcheurs. Il y intègre des systèmes de récupération d’énergie. Pédibus (bus à pied), rémunération aux kilomètres marchés… Il crée des systèmes pour inciter à la marche.

Plus : Le marchopulseur travaille en collaboration étroite avec les cyclopulseurs qui développent les usages du vélo dans la ville.

8. Murateur

Curateur spécialisé dans l’art de rue

Le murateur repère les murs privés ou publics extérieurs disponibles et recherche des artistes susceptibles de les peindre, sculpter. Le murateur est le chef d’orchestre pictural d’un quartier ou de la ville. Il a pour mission de mettre de la couleur et de la poésie.

Plus : Le murateur peut aussi proposer des œuvres sonores, virtuelles ou odorantes.

9. Prédicticien

Expert utilisant un ensemble de données pour prévoir les événements.

Lieux et heures des crimes, flux piéton dans une rue un jour de pluie, messages réseaux sociaux… Le prédicticien croise d’hétéroclites données publiques et privées pour prévoir des événements comme des crimes ou des déplacements de population. Plus les données sont nombreuses et fines, plus ces prévisions sont justes.

Plus : Si ces prévisions permettent souvent de prendre des décisions plus judicieuses, ils n’excluent pas l’inattendu.

10.  Toitaginier

Jardinier spécialisé dans les plantations sur les toits des immeubles.

Sur les toits des immeubles, on plante ses légumes. Le toitaginier effectue ses plantations d’un genre nouveau. Cet agronome urbain utilise de la terre allégée, choisit les légumes adaptés à cette nouvelle culture, crée des dispositifs permettant d’arroser automatiquement les plantes avec les eaux usées des immeubles.

Plus : Le toitaginier travaille avec les topagistes qui dessinent les champs urbains des auteurs.

Comité de rédaction du guide du futur sur la ville de demain

Comité de rédaction du guide du futur sur la ville de demain

Vous vous intéressez au futur et plus précisément à la ville de demain, nous vous invitons au comité de rédaction qui aura lieu

le 28 août à 18 H à Paris (Strasbourg Saint Denis).

Nous vous envoyons un lien avec la première mouture de l’ouvrage. Vous lisez, griffonnez le texte, ajoutez des éléments… On en discute.

Ce comité de rédaction étant une première, nous n’avons pas encore de méthodologie précise.

Pour participez, envoyez un mail à acp (arobase) propulseurs.com

C’est quoi une ville solidaire, citoyenne et collaborative ?

C’est quoi une ville solidaire, citoyenne et collaborative ?

C’est une ville

….déterminée en fonction des besoins des hommes et des femmes qui y vivent ou travaillent.

… où ses voisins sont assez proches pour ne plus être des étrangers.

… où on ne baisse pas le regard quand on croise une personne différente de soi.

… où les initiatives solidaires, citoyennes, collaboratives s’accumulent pour tisser un réseau dans lequel chacun peut y trouver son compte.

A vos propositions

15 pistes pour des villes plus poétiques, musicales, artistiques !

15 pistes pour des villes plus poétiques, musicales, artistiques !

1. Broder les grillages, tricoter les arbres

Urban-X-Stitch005

À Lyon, Urban X Stitch pratique la broderie grillagée. Il brode ses créations avec des fils de couleurs directement sur les grilles de la ville.

Lampadaires, abris-bus, accroche-vélos, poteaux et mobilier urbain prennent des couleurs à Persan dans le Val-d’Oise. 50 tricoteuses leur ont confectionné 4.000 carrés de tricot, 500 pompons avec des kilomètres de laine. Le yarn bombing ou tricot urbain connait un engouement depuis quelques années.

Et si demain, on mettait  de la poésie et de la couleur dans la ville !

2. Lune de ville

lune1

À Lausanne, l’artiste SpY suspend une fausse lune à une grue. La nuit tombée, le quart de lune s’allume pour éclairer la ville.

Et si demain, tous les soirs, on allait décrocher la Lune !

3. Portraits grandeur immeubles

thumb_8705_post_single

Le graffeur français Philippe Echaroux a mis en place à Marseille une opération artistique baptisée The Painting With Lights Project. Il projetait des portraits géants de célébrités marseillaises en 3D sur des immeubles, des arbres ou des ponts. C’est ainsi que les visages de Zinedine Zidane, du rappeur Akhenaton ou encore de l’humoriste Patrick Bosso se sont mêlés au paysage.

http://creapills.com/idee/l-artiste-philippe-echaroux-fait-du-graff-en-projetant-des-portraits-geants-sur-la-ville-de-marseille

Et si demain, les images de ceux qu’on aime faisaient le mur !

4. Des artistes à l’affiche

À Stockholm, une affiche géante a permis aux artistes d’afficher leur création pendant 30 secondes. Cette opération a eu lieu à l’occasion de la Stockholm Art Week. Les artistes postaient leur création sur un site

Myphotoagency et son partenaire JCDecaux ont conçu une exposition urbaine. Les photographes déposent leurs photos sur Myphotoagency.com. Un jury puis les internautes vont sélectionner un photographe qui verra ses photos s’afficher sur 300 panneaux.

Et si demain, on en avait plein la vue en descendant dans la rue  !

5. Les rivières en voient de toutes les couleurs

thumb_9452_slideshow_single

Pour fêter la Saint Patrick, la ville de Chicago a teint sa rivière en vert fluo. La Pipefitters Unions a recours chaque année à un colorant à base de fluorscéine, utilisé fréquemment pour étudier les courants. Jusqu’en 1962, on utilisait pas moins de 45 kg de ce colorant pour teindre les eaux. Aujourd’hui, seuls 18 sont nécessaires pour offrir à la rivière cette couleur unique en ce jour de fête symbolique.

Et si demain, sous le Pont Mirabeau coulaient des eaux joyeusement colorées !

6. Des villes au parfum

Au Brésil, O Boticário est une marque spécialisée dans les parfums et les produits de beauté. En 2014, elle a créé un parfum symbolisant Rio de Janeiro. Pour le composer, elle a proposé aux habitants de la ville de partager sur Twitter et Instagram les photos de ce qui représente le mieux leur ville.

Et si demain, chaque ville avait son parfum ! De douces senteurs remplaceraient les odeurs de pots d’échappement !

7. Le Louvre dans la rue

affiche1 affiche2

L’artiste français Étienne Lavie a remplacé les affiches publicitaires par des peintures du répertoire classique. L’objectif était de sensibiliser les Parisiens à la culture artistique. L’opération a en outre permis de mettre en évidence l’envahissement de la ville par la publicité.

Et si demain, les villes réservaient chaque mois une journée à l’affichage culturel !

8. Les affiches publicitaires à la coupe

pub1

L’artitiste berlinois Vermibus détourne les affiches publicitaires. Son ambition est de lutter contre la banalité et la perte d’identité engendrée par la cruelle déshumanisation ou le matérialisme exacerbé de la société de consommation. Ils s’insurgent contre ces visages ou silhouettes d’hommes et de femmes vus et revus dans les annonces et qui à force d’être retouchés par les Photoshop et autres artifices technologiques finissent par être désincarnés et par donner une représentation esthétique tronquée de la réalité.
Thom Thom utilise un cutter pour découper des affiches publicitaires. Il coupe, découpe, déchire, décolle, recolle et détourne de leurs messages.

THOM-THOM-Babybel-destroyed

Et si demain, les villes invitaient les artistes à hacker les affiches publicitaires !

9. Des poèmes qui roulent

calligraphytrike

Installé à Pékin, l’artiste Nicholas Hanna est fasciné par une coutume séculaire chinoise qui pousse les vieux sages à peindre sur les trottoirs des poèmes éphémères. Résultat, il a créé le « Tricycle Calligraphy », un vélo à l’arrière duquel sont installés des pinceaux, des tubes d’encre, et un mécanisme complexe d’impression au sol. Lorsqu’il pédale dans les rues de la capitale chinoise, son vélo laisse derrière lui des messages qui disparaîtront à la première pluie.

Et si demain, nos véhicules nous transportaient dans un monde poétique en écrivant des mots d’amour ou d’humour !

10. Des maisons pour rénover la ville

La ville de Détroit est en faillite. Afin de la sauver, les autorités ont décidé de rénover des maisons et de les donner à des écrivains désireux de s’installer dans la ville ! En contrepartie, ils écriront sur la ville à partir de la ville.

Et si demain, les villes réquisitionnaient des écrivains pour raconter ses petites ou grandes histoires !

11. Balançoires musicales

21 balançoires musicales ont été installées dans le quartier des spectacles à Montréal. Elles permettent aux petits et grands d’élaborer ensemble une symphonie musicale inédite.

Et si demain, le mobilier urbain nous en mettait plein les oreilles !

12. L’escalator-piano

Vous montez un escalier. À chaque marche, vous actionnez une note de musique. Musicien talentueux, vous vous épuisez à rejouer dans le métro, la symphonie pastorale.

Et si demain, des escaliers musicaux donnaient envie d’abandonner les escalators !

13. Des murs à peindre

Color + City est un groupe sur Google + qui connecte des artistes amateurs ou professionnels avec des gens qui ont des murs à peindre. Les propriétaires d’une façade vide l’indiquent et attendent qu’un artiste la réserve. L’artiste a 15 jours pour peindre quelque chose, sinon le mur va à quelqu’un d’autre. Originellement de São Paulo, le projet s’est rapidement répandu dans plusieurs autres villes brésiliennes.

Et si demain, nos murs en béton devenaient des œuvres d’art !

14. La peinture à favela ouverte

favela

Favela painting est un projet né au Brésil début 2010 qui utilise l’art et la peinture pour embellir les quartiers brésiliens défavorisés. Supporté par la « Firmeza Foundation », Favela Painting met en relation les habitants des favelas et les artistes hollandais Haas et Hahn qui ensemble peignent les murs des favelas.
Favela painting payent les habitants pour ce travail. L’opération est donc pour eux une manière de gagner leur vie, mais aussi d’attirer l’attention du monde entier sur les conditions déplorables dans lesquelles ils vivent. Des parties de favelas ont déjà été « repeintes » grâce à Favela Painting, mais le projet premier et principal de l’association est de peindre dans son intégralité une favela, qui serait alors visible par les habitants, mais également les visiteurs.

Et si demain, on venait dans les quartiers défavorisés pour admirer les talents des exclus !!

15. L’attrape chaland

Le CatchBarge est une installation destinée aux vitrines des lieux et conçue pour attirer le chaland, d’où le nom de Catch Barge: attrape chaland en français.

On peut par exemple piloter un petit train en changeant son trajet via l’activation des aiguillages et en modulant sa vitesse très simplement depuis une interface sur un téléphone mobile.

Et si demain, les vitrines proposaient des dispositifs qui permettaient aux passants de créer une animation ou une oeuvre !

Et si les villes créaient des maisons pour les sans domiciles fixes !

Et si les villes créaient des maisons pour les sans domiciles fixes !

« Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir gelée cette nuit à 3 heures sur le trottoir du boulevard Sébastopol » : le 1er février 1954, l’abbé Pierre lance sur Radio Luxembourg un appel à venir en aide aux sans-abri.
60 ans plus tard, le problème est encore plus crucial. En France, 3,6 millions de personnes sont soit privées de domicile personnel, soit vivent dans des conditions très difficiles (privation de confort ou surpeuplement), soit sont en situation d’occupation précaire (hôtel, caravanes…). Le nombre de sans-abri a augmenté de 50 % depuis 2011. Il dépasse aujourd’hui les 150 ooo personnes dont 30 000 enfants !
Bulles d’espoirs, des designers et créatifs solidaires imaginent des mini-maisons mobiles.

1. Du recyclage qui roule

gregory-kloehn-turns-trash-into-vibrant-houses-for-the-homeless-designboom-02-810x570
L’américain Gregory Kloehn confectionne de petites maisons à l’aide d’objets recyclés. Pour ses constructions, il explore les décharges publiques d’Oakland pour trouver des palettes, des lattes de lit, des morceaux de bâche, des portes, de la peinture, des portes de réfrigérateurs, des cageots, du contre-plaqué. Ses uniques achats sont des clous, de la colle, des pinceaux et une scie. Il lui faut environ une semaine pour en construire une maison qui est bien entendu mobile.

2. Hiver au chaud sur parking

les-architectes-nicolas-wojcik-et-nicolas-roth-presentent-le-prototype-de-leur-capsule-pourt-les-sans-abris-afp-photo-frederick-florin
Nicolas Roth et Nicolas Wojcik, deux architectes alsaciens 23 ans, ont créé un abri d’urgence pour grands froids. Cette maison de 3,75 mètres carrés comprend un lit en hamac, des rangements et une fenêtre et elle est raccordable à l’électricité. Elle permet d’abriter une personne et un chien. Son cout est d’environ 2400 euros.

3. Home truck

Le home truck est un camion reconverti en maison d’habitation. Il a été imaginé par Bruce Hicks, est propriétaire d’un garage de rénovation de « food truck » (camions convertis en cuisines ambulantes) en Floride (États-Unis). Il utilise ses vieux camions et de vieilles pièces pour fabriquer ses « capsules ». L’home truck coûte à produire moins de 500 dollars (365 euros).

4. Jouer au cerceau avec sa maison

homeless-housing-wheelly
Conçu par des l’entreprise italienne Zo-Loft, le WheelLY est une maison cerceau qui devient une tente la nuit. Le cerceau offre au SDF un espace de stockage pour ses effets pendant la journée. Il est constitué d’un cadre en aluminium avec roulement sur lequel s’accroche une tente.

5. Ma maison est en carton

homeless-housing-cardborigami
Architecte Tina Hovsepian a créé Cardborigami, un abri en carton recyclé. Utilisant le principe de l’origami, le papier se développe pour devenir une tente. Le carton a été choisi, car il est bon marché, léger, durable et naturellement isolé. Hovsepian prévoit d’affiner la conception en rendant la demeure imperméable, ignifuge et plus confortable.

6. Je loge dans un caddy

homeless-housing-sheltercart
Les designers Barry Sheehan et Gregor Timlin ont transformé le caddy de supermarché en abri. On pose le caddy, une tente se déplie.

7. Je pousse ma maison

kickstarter_0

design4
Kevin Cyr utilise aussi un caddy de supermarché. Mais, c’est le support d’un logement dépliable. La journée, le propriétaire pousse sa maison convertible.

8. Home sweet valise

homeless-housing-pump-and-jump
Jeong-Yun Heo, Seong-Ho Kim et Chung Lee ont créé une valise qui le soir devient une tente. Le jour, le sans-abri collecte des produits à recycler, le soir il se repose en ouvrant la valise et en dépliant la tente.

9. Une capsule qui propulse vers le sommeil

homeless-housing-mini-capsule-hotel

L’atelier Van Lieshout a créé le Sleepbox, qui empile des capsules permettant de dormir. Conçu au départ pour permettre aux VIP de se reposer lors d’un salon du design, il peut devenir une solution pour le logement des sans-abri.

10. Déco urbaine d’habitation

homeless-housing-tin-man
Le Tin Man n ° 11 de Kacey Wong est une statue robot ludique. Elle peut décorer la ville, mais aussi servir d’abri pour les sans-abri. Le chariot s’ouvre pour révéler un lit, un bureau et une chaise. Wong mélange l’utile et l’humour pour le meilleur de la ville.